Ce cabanon donne un air méditerranéen au lieu. Malgré plusieurs tentatives, nous n’aurons pas eu la chance de rencontrer son propriétaire, Roger. Un habitant historique. IJ/Bretagne Durable

Actualités

Extraction de sable en baie de Lannion : une décision "difficile à accepter" pour le Comité régional des pêches

Feu vert pour l'extraction de sable en baie de Lannion. Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a annoncé, 14 avril 2015 dernier qu’il signera le Décret accordant la concession d’extraction à la Compagnie armoricaine de navigation (CAN). Dans le communiqué suivant, Olivier Le Nezet, président du Comité Régional des Pêches Maritimes et des Elevages Marins (CRPMEM) de Bretagne indique que, pour lui, la décision du mininistre est "difficile à accepter". Et a précisé que le CRPMEM sera particuliérement vigilent quant à la tenu des travaux durant la première année d'extraction. 

 

Le Ministre de l’Economie, Monsieur Emmanuel MACRON, a annoncé, lors d’une dernière réunion de concertation le mardi 14 avril 2015, qu’il signera le Décret accordant la concession d’extraction à la CAN en Baie de Lannion et que le Préfet du Finistère signerait peu après l’arrêté autorisant le début des travaux. Il justifie sa décision par le fait, qu’après 5 ans de procédure et malgré un démarrage raté de la concertation, l’Etat ne justifiait plus sur les plans juridiques et techniques de ne pas donner une suite favorable à la demande du groupe Roulier.

 

C’est une décision difficile à accepter pour la pêche locale car les réserves présentées n’ont pas été totalement levées. Le CRPMEM Bretagne prend acte de cette décision et de la responsabilité prise par l’Etat dans ce dossier. 

Lors de la réunion du 14 avril, le Président du CRPMEM de Bretagne, Olivier LE NEZET a rappelé l’importance de cette dune pour la pêche locale, totalement inféodée à cette zone. Il a insisté particulièrement sur la nécessité de pouvoir stopper les travaux si les extractions ne se déroulent pas conformément aux études préalables et mettent en danger les équilibres écologiques de cet écosystème si particulier. L’exigence pour les pêcheurs est de garantir le maintien des fonctionnalités halieutiques de la dune sous-marine, actuellement et pour les générations futures. Comme la Députée Corinne ERHEL et le Président du Conseil Régional, Pierrick MASSIOT, il a demandé à ce que dans l’avenir, un plan de gestion des extractions soit réalisé associant les acteurs locaux et régionaux.

 

Le CRPMEM a cependant pris bonne note de l’importance donnée par le Ministre au suivi des travaux d’extraction et la possibilité au bout d’une année de faire un premier bilan qui déterminera si ces travaux peuvent être poursuivis. A ce propos, les représentants de la pêche demandent à être étroitement associés au comité de suivi des travaux mais aussi à l’étude d’impact socioéconomique demandée par le Ministre avant le démarrage des extractions. Hautement conscients des difficultés liées à la réalisation d’une coexistence des activités sur cette zone si sensible, les professionnels de la pêche seront exigeants et vigilants quant à la qualité du suivi des travaux.

 

Le Président du CRPMEM de Bretagne, Olivier LE NEZET 

 

Un management "égalitaire" pour les salariés de Scarabée Biocoop

A Rennes, les 130 salariés des magasins bio de Scarabée Bioccop expérimentent l'Holacratie depuis le début de l'année. Ce type de gestion d'entreprise propose de briser la logique pyramidale pour établir un modèle égalitaire dans lequel chacun peut prendre des fonctions qui l'intéresse. Une façon de redonner du sens au travail. Scarabé nous explique comment elle a mis en place ce procédé. 

La société iGi Partners a été missionnée par Scarabée Biocoop à Rennes pour mettre en place l’Holacratie sur l’ensemble de leur organisation, soit 130 personnes pour quatre magasins (bientôt cinq), 3 restaurants, 1 service traiteur, 1 servicecharcuterie traditionnelle. Un accompagnement sur mesure pour rendre opérationnelle cette gouvernance en cercle qui redistribue l’autorité et rend l’organisation agile et performante.

A propos d'iGi Partners 

 

iGi Partners importe l’Holacracy des Etats-Unis pour une diffusion en France et en Europe (français et anglais). Elle estune des 3 sociétés au monde à pouvoir délivrer des services en Holacracy.

 

" Avec l’Holacratie c’est celui qui fait qui gouverne. Un ordre est possible sans chef, il faut juste oublier le mot « supérieur». Toute tension ressentie par un salarié se résout en évolution de l’organisation, il n’y a plus de raison pour les collaborateurs d’être résignés. L’Holacratie les responsabilise, ils arrêtent de demander, ils sont libres à condition de respecter le code de la route, les règles de la constitution. Les anciens managers de leur côté n’écoutent plus, ils se libèrent pour être à nouveau dans leur sphère de compétences première. Il n’y a alors plus besoin de conduite du changement, le processus est là et laisse chacun avancer à son rythme."

Bernard Marie Chiquet, Fondateur d'IGi Partner

Un système pyramidale "obsolète"

Avec 200 000 euros de résultats dégagé en 2014 sur 23 millions d'euros de chiffre d'affaires Scarabée Biocoop se porte bien. Pourtant, le Directoire de la coopérative ressent le besoin de modifier la gouvernance ressentie comme obsolète et comme freinant les initiatives et la créativité interne. "Je recherchais une technique d’organisationqui nous permette de sortir du système pyramidal avec des chefs d’un côté et des personnes qui exécutent de l’autre" explique Isabelle Baur, Présidente du Directoire. "Chacun a en soi quelque chose de riche à exprimer et c’est dommage qu’une entreprise passe à côté de ces talents là. L’Holacratie permet au personnes d’exprimer vraiment leurs richesses et de faire ainsi avancer l’entreprise" poursuit-elle. 

Mise en place de l'Holacratie au sein de Scarabée

■ Novembre 2014 : organisation et animation de deux journées « Essayer et Explorer l’Holacracy » pour permettre à l’équipe de direction de Scarabée de découvrir et expérimenter l’Holacratie, sur la base de leurs tensions et d’explorer ce que signifierait la mise en place d’un tel système pour leur entreprise (enjeux, freins, facteurs clés de succès, méthode de mise enoeuvre, etc.).

■ Novembre 2014 : Isabelle Baur, Présidente du Directoire a suivi la formation de Certification Praticien afin d’explorer davantage toutes les composantes de l’Holacratie et mettre en pratique par le biais de simulations et d’exercices concrets.

■ Janvier 2015 : 4 journées intenses de formation pour 28 personnes de Scarabée Biocoop (au moins deux personnes par cercle dont les anciens managers)

■ Fin janvier 2015 : transfert de l’organigramme actuel en 13 cercles comprenant le cercle Directoire. Et traductions des fiches de postes en autant de rôles que nécessaires pour coller au plus près de la réalité.

■ 11 février 2015 : les 4 membres du Directoire signent la constitution de l’Holacratie, constitution qui définit les règles du jeu de manière claire et précise.

■ De Février à mai 2015 : Accompagnement d’iGi Partners à raison de deux coachs certifiés et deux à trois jours sur site par semaine.

Greenpeace à l’assaut de l'industrie pétrolière en Arctique

Shell se dirige tout droit vers l'Arctique et Greenpeace est à ses trousses ! Avec son navire, l'Esperanza, l'association environnementale suit de près le Polar Pioneer, la plateforme que la société pétrolière souhaite déployer au Pôle Nord pour y effectuer des forrages. Objectifs : dénoncer les conséquences environnementales qu'aurait l'exploitation du pétrole dans ce secteur de la planète à l'équilibre particulièrement fragile. Retrouvez-ci dessous le communiqué et l'appel aux dons de Greenpeace.

" Le 06 avril dernier, six activistes de Greenpeace ont escaladé le Polar Pioneer, la plateforme de Shell qui se dirige vers l’Arctique pour y effectuer des forages cet été.

Notre bateau l’Esperanza et son équipage ont suivi le Polar Pioneer à la trace sur l’océan Pacifique et ont réussi à grimper les 40 mètres de haut de la plateforme pour y dénoncer les risques inconsidérés pris par Shell en Arctique et leurs conséquences sur le climat et la planète. 

 
Il est vital d'agir avant qu'il ne soit trop tard !

Aujourd'hui, plus que jamais nous devons continuer de dénoncer cette ruée vers l'or noir en Arctique. Nous devons convaincre les dirigeants politiques mondiaux d'interdire ces forages.

Le risque d'une marée noire est inévitable si nous laissons des compagnies pétrolières sans scrupule, comme Shell, forer dans cet écosystème isolé et fragile, aux conditions climatiques si extrêmes et imprévisibles.

Du pétrole toxique pourrait fuir sous la banquise pendant des années, polluant non seulement l'environnement mais aussi toutes les ressources vitales des populations qui vivent dans la région depuis des millénaires.

7 millions de Défenseurs de l'Arctique. Et vous ?

L'expédition de l'Esperanza est portée par près de 7 millions de voix à travers le monde. Près de 7 millions de personnes ont signé notre appel pour la création d'une zone naturelle préservée en Arctique.

Cette région doit être protégée des prospections pétrolières et de la pêche industrielle.

L'Arctique ne doit pas être livrée à l'appétit féroce des compagnies pétrolières !
Aidez-nous à défendre l'Arctique !
 "

Le Gaec Madon : agriculture paysanne et familiale

A l'occasion de la sortie du livre Terre d'Avenir, vers l'agroécologie, publié par l'association Nature & Culture en partenariat avec Bretagne Durable, nous vous présentons quelques paysans bretons qui, à leur mesure, contribuent à changer la face de l'agriculture. Aujourd'hui, cap sur le Morbihan avec le portrait du Gaec Madon, exploitation laitière familiale, durable et rentable ! 

En complémant, retrouvez notre dossier sur le "bio business" dans le numéro de printemps de Bretagne Durable. 

 

Terre d'avenir : le Gaec de Madon (56) par BD_info

100% d'électricité renouvelable en 2050 : la discrète étude de l'Ademe

 © Fotolia 

Une électricité 100% renouvelable en France d'ici 2050, c'est possible ! C'est en tout cas ce que stipule un rapport commandé à l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), en vue du colloque qu'elle organise les 14 et 15 avril prochain sur les énergies renouvelables. Mais la publication du document a finalement été repoussée. Ses conclusions dérangeraient-elles le gouvernement qui table au mieux sur 40% d'électricité renouvelable dans le mix énergétique d'ici 2050 ? C'est en tout cas la question que soulève Médiapart qui s'est procuré le fameux rapport. 

Le coût du nucléaire en question

Pour Julien Bayou et Sandrine Rousseau, porte-parole nationaux d'Europe Ecologie les Verts (EELV) qui s'exprime dans un communiqué, cette étude est "riche d'enseigenment" car, "d’après les simulations effectuées, le prix au mega watt heure est quasiment le même qu’avec un mix énergétique à 40% de renouvelables et…50% nucléaire". Pour les écologistes, "ce rapport vient donc confirmer celui du député écologiste Denis Baupin sur le coût réel du nucléaire : le nucléaire, entre maintenance du parc, gestion des déchets et du démantèlement et explosion des coûts prévus pour l’EPR, représente des investissements colossaux qui détruisent le mythe d’une énergie peu onéreuse, sans même parler du risque majeur qu’elle fait peser sur la population en cas d’accident grave".

 

La France 100% renouvelable : le rapport de l'Ademe disponible sur le site d'Enercoop

 

Initialement publié par Médiapart puis relayé par d'autres médias, le rapport de l'Ademe "Vers un mix électrique 100% renouvelable en 2050" est disponible en accès libre sur le site d'Enercoop. Le fournisseur d'énergies renouvelables justifie ce choix en ces termes : "nous pensons qu'une France 100% renouvelable est possible et, surtout, nous voulons une transparence maximale en terme de choix énergétiques pour notre pays". En voulant dissimuler cette étude, le gouvernement et son administration lui auront finalement fait une bonne publicité !

 

Téléchargez le rapport "Vers un mix électrique 100% renouvelable en 2050" sur le site d'Enercoop 

 

Pour aller plus loi, retrouvez notre dossier sur le coût du nucléaire dans le numéro 14 de Bretagne Durable

Choisir les énergies de la liberté

Libres ! Le titre du nouveau film de Jean-Paul Jaud (Nos enfants nous accuseront, Tous cobaye ?) sonne tantôt comme une proclamation, tantôt comme un soulagementJoseph et ses amis sont des petits français qui suivent un stage de musique dans une ferme bio. Sans savoir qu'a quelques kilomètres se trouvent 4 des 58 réacteurs nucléaires du pays. Des installations qui représentent une menace silencieuse mais bien réelle... Le film présente aussi Hiroto et Nagomi, enfants japonnais vivant près de la centrale de Fukushima. Et qui évoluent dans une nature autrefois complice de leurs jeux mais devenue hostile. Libres ! c'est aussi la vie d'Emannuel, Niklas, Noah, Sofus et Victoria, jeunes vivant sur l'île danoise de Samsø, surnomée "L'île aux énergies renouvelable". Dans ce lieu jalonné d'éolienne et de panneaux photovoltaïques, les enfants s’épanouissent avec insouciance et en toute sécurité. Au travers de ces récits, le documentaire se veut être un "parcours initiatique sur les énergies renouvelables" tentant de démontrer que les choix énergétiques que nous faisons sont intiment liés avec la liberté des générations à venir.

Libres ! De Jean-Paul Jaud, 1h45 min, sortie le 11 mars 2015

Bande annonce :